Partagez | 
moment suspendu // olympe

()
๑ Parchemin envoyé Ven 30 Nov - 21:28 ๑


MOMENT SUSPENDU
๑ olympe saint-clair et marianne duchannes ๑
Marianne, d'ordinaire toujours à l'heure, était en retard. De quelques minutes à peine, rien de bien alarmant. Mais elle était de ceux qui s'agaçaient du retard des autres. De ceux qui le jugeaient sévèrement même parce qu'y voyant un manque de respect. Pourtant cette fois-ci, ça n'était pas de sa faute tout au contraire. C'était Eugène. Ce stupide Eugène. Qui avait cru bon de se jouer d'elle alors qu'elle était sur le point de partir : un grand classique chez les Duchannes. Si bien que les parents avaient depuis longtemps lâché l'affaire lorsque les deux cadets se mettaient à remplir les couloirs de bruits de pas et de cris à peine cachés. Eugène rends-la moi ! Ses talons claquent sur le sol sous le rire de son frère qui reste à bonne distance de ses griffes, juste assez pour qu'elle n'abandonne pas la course mais pas trop pour garder l'avantage. Marianne bouillonnait, pensait aux minutes qui s'écoulaient et qui la séparaient d'Olympe. Pauvre Olympe qui allait attendre sans elle. Tout ça parce que de retour de vacances Eugène n'avait pas eu l'occasion d'embêter sa soeur : son activité favorite, même à leurs âges qui étaient considérés comme adultes. Leur relation voulait qu'ils continuent de se comporter comme des gamins, ou non, c'était Eugène qui ne se défaisait pas de leur adolescence électrique. Ça t'apprendra à la laisser trainer n'importe où ! qu'il lui lâche un sourire jusqu'aux oreilles. Il n'avait pas tord et c'était bien ça le pire. Mais jamais Marianne ne le laisserait avoir raison. Jamais. Elle allait le tuer, qu'elle pense en jetant un oeil à la pendule dans le couloir du premier étage. Elle allait le massacrer, le faire disparaître d'un coup de baguette... quand elle remettrait la main dessus. Déjà cinq minutes qu'il se foutait d'elle, cinq minutes qu'elle devrait déjà être en chemin. Je vais voir Olympe, Eugène ! appuie-t-elle bien sur le prénom de sa meilleure amie. Un lien particulier, rare et précieux que les sorcières de son âge lui avaient toujours jalousé. Être la meilleure amie de la princesse n'avait pas de prix, mais Marianne n'y prêtait pas attention pour avoir grandi avec Olympe constamment à ses côtés. Olympe, c'était tout simplement Olympe avant d'être la princesse : cette façon de pensée était privilégiée, elle le savait. Et d'autres sorciers auraient pâlis en l'entendant prononcer son nom, sous-entendre qu'elle allait la faire attendre. Pas Eugène, évidemment, qui avait grandi lui aussi avec la princesse toujours chez lui ce qui avait eu le don de casser un brin le mythe entourant la royauté. Je vais voir Olympe, Eugène ! répète-t-il même en l'imitant trait pour trait, mot pour mot. Elle allait le tuer. Eugène ! cette-fois ci elle hurle presque de rage en passant devant sa chambre, puis traversée par un éclair de génie elle s'y engouffra pour y chercher un objet de valeur. Avoir sa soeur dans sa chambre est suffisant pour faire rappliquer l'intéressé qui arrive à temps pour la voir avec sa coupe de Quidditch dans les mains. Repose ça. qu'il gronde, bien moins radieux. Et c'est au tour de Marianne de sourire. Rends-moi ma baguette et je n'ferais pas tomber ta coupe. c'est un marché, tout simple, mais qu'il ne pourra pas refuser. C'était sa coupe favorite, sa plus grande victoire et la raison de toute sa fierté. Dans un soupire il s'approche, menaçant et lui tend son bien que Marianne lui arrache presque des mains. Tu me le paieras. siffla-t-elle avant de transplanner sans un mot, le laissant rattraper in extremis sa coupe avant qu'elle ne tombe par terre. Ça n'était que partie remise, comme toujours.

Marianne se retrouva en un claquement de doigts aux pieds de la Tour Eiffel ou presque, apparaissant dans une des rues y menant. Quelle plaie. Eugène était insupportable mais elle ne pouvait s'empêcher de le lui pardonner à chaque fois : quelque chose lié au sang qu'ils partageaient. Et puis parce qu'avec le recul, Marianne en riait toujours. Pour le moment, elle n'avait pas le temps de philosopher et de prendre ce qu'il s'était passé avec légèreté. Elle était en retard d'une poignée de minutes, trop à son goût et montant dans l'ascenseur menant à l'étage deux trois-quarts Marianne fulminait autant qu'elle s'inquiétait. Comme une fusée, elle sortie de la boîte métallique pour se présenter au sorcier s'occupant de l'accueil du Café Flottant qui tenait son nom car lévitant entre deux étages moldus. Celui-ci était huppé, très huppé même, si bien que lorsqu'elle demanda au garçon où se trouvait Olympe il n'en fut pas surpris. J'ai rendez-vous avec Son Altesse Olympe Saint-Clair. se contenta-t-elle de dire en suivant le protocole qu'elle n'utilisait vraiment qu'en de rares moments. Il l'accompagna jusqu'à la table, s'arrêtant à quelques mètres par politesse puis laissa Marianne saluer son amie. Olympe ! s'empressa-t-elle de dire en la prenant brièvement dans ses bras comme elles avaient coutume de le faire depuis l'enfance. Je suis terriblement désolée d'être en retard. Elle marqua une pause pour enlever son manteau qu'un elfe de maison récupéra sans un mot, disparaissant avec celui-ci. Puis elle s'assit en face de la princesse. J'ai bien cru que j'allais tuer Eugène... Ses sourcils se froncèrent rien qu'en y repensant. D'ailleurs, si je suis en retard c'est à cause de lui. Si jamais tu veux lui envoyer une beuglante royale par hiboux pour lui faire peur, je t'en prie ne te gêne pas. pesta-t-elle, terminant sa phrase par un rire nerveux bien que très sincère. Elle ne plaisantait qu'à moitié à vrai dire, et ça n'aurait pas été la première fois que les deux amies se seraient serrées les coudes pour embêter son ainé.

28 novembre 1927
Marianne parle en ffcc66
Olympe parle en 999999

๑  A VAINCRE SANS PERIL ON TRIOMPHE SANS GLOIRE ๑



avatar
Missives royales : 37
Date d'arrivée : 12/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t24-you-have-your-mother-s-ey

En ligne
 
moment suspendu // olympe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement.  ::  :: Le son des gallions :: Champ de Mars :: La Tour Eiffel-
Sauter vers: