Partagez | 
EVENT NOËL - Le Bal masqué

(Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant)
✧ Parchemin envoyé Mer 9 Jan - 21:47 ✧


Bal Masqué à l'Opéra
๑ Je danse jusqu'à rire, je prie le jour de ne jamais revenir ๑

color  : DAA520masque


Une mondanité de plus. Dans son costume bleu roi et or, Louis avait le droit à quelques courbettes dans la foule. Il avait fallu de longues minutes de patience au Dauphin pour faire sortir sa partenaire de sa tour d’ivoire. Palmyre n’était pas facilement sortable, car elle n’aimait pas vraiment ça. Si peu caché derrière son masque aux tons bleu, blanc et or, le jeune prince se faufilait accordant quelques mots à ceux qui avaient le courage de l’aborder. Merlin, c’était épuisant que de jouer le jeu des mondanités alors que depuis quelques jours, il avait l’impression de voir le fantôme d’Irina partout où il allait, comme si sa culpabilité venait lui faire apparaitre sa femme. Il garde dans ses mains, un verre de whisky pur-feu venu d’une province anglaise, sans doute un très bon cru. Dans quelques coins de la salle, aussi vaste soit-elle, il eut l’occasion de voir la silhouette de sa sœur aînée. Eh bien, en voilà un malheur. Mais toute la noblesse du pays devait être là, sinon où pouvait-elle bien être n’est-ce pas ? Pourtant, il pose une main sur sa hanche. « Où elle est… » Soupire-t-il au milieu d’autres personnes qui lui faisaient la conversation. Impossible de poser les yeux sur la Fronsac alors qu’il arrivait à voir le visage hautain d’Anastasie à des kilomètres… Il s’excuse une nouvelle fois face au petit groupe qui lui parlait de choses et d’autres, mais rien n’y faisait, il n’arrivait pas à mettre la main sur Palmyre, même en la cherchant dans un endroit peu peuplé de la salle de réception… Cette fille était à la fois surprenante, mais totalement naïve, plus que lui sans doute, et il avait peur que quelque chose lui arrive… Après tout, c’était lui qui l’avait fait sortir ce soir…

Résumé:
 
๑  A VAINCRE SANS PÉRIL EN TRIOMPHE SANS GLOIRE ๑




✧dans les rues de Paname✧
Louis Saint-Clair
Missives royales : 5
Date d'arrivée : 08/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur https://zupimages.net/up/18/43/rwr9.png 

✧ Parchemin envoyé Jeu 10 Jan - 13:34 ✧


Event de Noël -  Le Bal Masqué
rp commun

Assis à mon bureau, je terminais la paperasse que je devais faire. Une obligation quand on gère un endroit comme celui-ci pour un homme comme Alceste. Mais, ce n'était pas non plus ce qu'il y avait de plus ennuyeux. Je crois que de toute façon, je n'avais pas vraiment le choix, préférant faire la comptabilité moi-même plutôt que d'avoir de grosses surprises. Une fois fini, j'enfilais ma veste, mon manteau, attrapant mon masque qui traînait sur un coin de mon bureau et sortit de mon établissement, un sourire aux lèvres. Ce soir, il y avait le traditionnel bal masqué de Noël, un évènement que toute la société sorcière attendait de pied ferme. Je sais que Séraphine y sera, d'une parce qu'elle ne louperait ça pour rien au monde et deuxièmement parce qu'elle m'en avait parlé de long, en large et en travers. Après, il me sera sans doute difficile de croiser sa route dans la soirée et ce n'était pas vraiment mon intention. Je voulais simplement profiter un peu de la fête, faire comme tout le monde et sortir un peu de cette routine que j'avais depuis que j'avais repris la gérance du Marais. Toujours est-il que je prends la direction de l'Opéra où à lieu la soirée. Masque sur les yeux, j'entre enfin et je m'aperçois qu'il y a déjà beaucoup de monde, mais qu'importe. Je repère le buffet et mon estomac se réveille, un sourire aux lèvres, je traverse la foule pour rejoindre la longue table. Tout à l'air bon. Surtout les pâtisseries, mais je verrais ça plus tard. Un toast à la main, mon regard se pose sur la foule d'un air un peu absent.


Résumé:
 

copyright Bloody Storm


✧dans les rues de Paname✧
Benjamin A. De Chalon
Missives royales : 11
Date d'arrivée : 16/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t41-i-m-gonna-tell-you-someth 

✧ Parchemin envoyé Jeu 10 Jan - 22:50 ✧


J’observais mon petit frère du coin de l’oeil tout en prenant les derniers clichés avant de profité moi aussi de la soirée. Je fus à la fois surprise et légèrement agacée d’apercevoir l’accompagnatrice de mon frère filer vers le cabinet d’aisance. Qu’avait il bien pu lui dire pour qu’elle s’enfuie de la sorte? Je sais qu’il est capable de tout surtout dans cet état et j’hésite à le rejoindre pour lui montrer gentiment le chemin de sa chambre et d’un café salé pour qu’il comprenne rapidement son erreur de s’être enivré de la sorte. Mais je suis bien consciente que l’idée ne lui plairait pas, mieux valait que je garde un oeil sur lui et au dérapage de trop je l’embarquais. Je goute un canapé sucré pour me donner du courage et suis surprise du nigaud qui interrompt ma dégustation. Un homme... enfin presque si on le connait bien. Je n’ai même pas besoin de me retourner pour reconnaitre le son de sa voix ou simplement comprendre de qui il s’agit simplement en entendant l’audace avec laquelle il ose me parler. J’en aurais presque avaler de travers s’il ne m’avait pas habitué à être aussi vilain avec moi! Je me retourne pourtant le regardant de la tête au pied un sourire aux lèvres. Le costume lui allait bien, vraiment, bien, même si évidement je ne lui dirai pas. Il n’aurait surement pas le droit à un compliment après avoir une fois encore insinué que j’étais grosse. En réalité çe devenait redondant et je commençais à me demander s’il voyait quelque chose que je ne voyais plus ou pas. Mais j’ai mes priorités aussi lui lançais-je un. Choix parfait de masque môssieur Rosier.  Un diable... il ne lui manquait plus que la fourche et la queue! Je me retenais de lui mettre son petit four dans le nez et Viviane seule sait à quel point ça me démangeait. Tu m’invites à danser au lieu de vérifier mon anatomie sous toute les coutures et de te montrer parfaitement discourtois?   Car s’il avait remarqué une prise de poids c’était bien qu’il m’avait observé non? Mais ne connaissait il pas la trêve de noël? Je n’attendais pas vraiment son avis et après avoir fait disparaitre mon appareil photo d’un coup de baguette je glissais ma main dans la sienne l’entrainant sur la piste de danse.Ton dos s’en est mal remis pour que le souvenir soit aussi vivace?   Je lui étais tombé dessus il y a des semaines de cela tout de même et je l’avais soigné en plus!

Citation :
Seraphine surveille du coin de l'oeil Basile jusqu'à ce que Toulouse ne vienne la distraire, elle l'embarque sur la piste de danse.


✧dans les rues de Paname✧
Séraphine Montrose
Missives royales : 30
Date d'arrivée : 15/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t37-que-sera-sera#53 

En ligne
✧ Parchemin envoyé Dim 13 Jan - 13:29 ✧





Au bal masqué

#OHÉOHÉ

Il n’y a aucun doute possible, c’est bien le dédaigneux corbeau français qui lui faisait face. Il peut lire dans son esprit qu’il l’avait interrompue dans une course pour retrouver son fils. Charmant. Même dans ses propres pensées, il est sarcastique. Il n’a besoin que d’effleurer les pensées pour voir qu’elle tient à cet enfant comme à la prunelle de ses yeux. Les mères sont toujours les plus faibles, les plus faciles à briser. 'Ils le sont toujours, vous devriez le savoir.' Comme la vermine. Songe-t-il alors. Il n’a pas besoin de faire sentir sa présence dans sa tête, à ce niveau de légilimencie, il pouvait effleurer la surface pour saisir les pensées sur l’instant sans violenter l’esprit de la personne. Princesse, mère, hautaine, dédaigneuse, supérieur, le genre parfaitement insupportable qui ne trouvait pas grâce aux yeux de Rafael. Il porte son verre à ses lèvres quand elle demande, 'Le bal vous plait-il ?' Il avait envie de rire, ces mots sonnaient si faux. Ils étaient faux, en totale contradiction avec ce qu’elle pensait.

Vous et moi savons très bien que vous n’avez pas du tout envie de savoir la réponse à cette question, futile et sans intérêt.’ Il n’était pas artisan de ‘faire la conversation’. Il lui indiquait qu’il pouvait lire dans son esprit comme dans un livre s’il se concentrait un peu. ‘Je ne suis qu’un homme de main.’ Dit-il, moqueur, réutilisant ses pensées contre elle. Il se moque, c’était ce qu’il était, homme de main, mais un homme de confiance également. ‘Rangez donc votre faux sourire princesse, ça ne prend pas avec moi.’ Il perd son sourire est devient plutôt tranchant. Il n’aimait pas les aristocrates royaux, c’étaient les pires de cette foutue race sorcière, déjà qu’ils se sentaient au-dessus du lot par leur sang, ils se sentaient au-dessus par leur naissance. Rafael était l’exemple même du sorcier qui ne savait rien de ce qu’il était et qui avait gravit les marches une à une. Grindelwald reconnaissait les qualités, quelques soient les origines. ‘Et surtout ça n’a aucun intérêt.’ La froideur et le sarcasme. Il voulait simplement planter le décor, et fixer ses règles. Il était là comme observateur, prêt à chercher de quoi installer le plus puissant des Mages Noir en plein cœur de Paris, ce soir, ce n’était qu’une façon de prendre la température, rien de plus.  ‘Le seul intérêt est celui du plus grand bien.’ Lâche-t-il avec l’arrogance qui le caractérise.  ‘Il tenait à s’assurer de votre soutien, lorsque le moment sera venu.’  Il, le plus grand mage noire de l’Histoire. Le moment approchait, il parlait de son maitre évidemment. Homme dont il avait la confiance, entière.

Citation :
- Il parle avec Anastasie.


Rafael parle en ff3333


✧pour le plus grand bien✧
Skander Lazarevitch
Missives royales : 7
Date d'arrivée : 01/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://zupimages.net/up/18/43/rwr9.png 

✧ Parchemin envoyé Dim 13 Jan - 14:29 ✧





Au bal masqué

#OHÉOHÉ

La plus grosse soirée de l’année. Responsable des douceurs sucrées de la soirée, rien ne  pouvait être laissé au hasard pour le perfectionniste Camile Hermé. Le nom lui-même ne pouvait être mieux représenté qu’au cours de cette soirée. Si l’on connaissait ses pâtisseries, ce soir, tout le monde devait aimé, adoré, et se demander où ils pourraient poursuivre le plaisir gustatif les autres jours de l’année. Il était anxieux, cela pouvait se lire sur son visage, masqué par un simple masque aussi noir que la veste   qu’il avait sur le dos. Il venait de passer des jours à préparer cela, et les dernières heures à dresser ses créations sur des plateaux qui allaient bientôt être servis. La pression montait un peu plus, il n’y avait qu’une seule chose tolérable ce soir : la perfection.

Il était tant de servir les douceurs concoctées par Camille, et son équipe. Une équipe restreinte dans laquelle il avait une totale confiance, mais ce soir c’étaient les elfes qui étaient chargés de circuler avec les plateaux garnis, et de  dresser le buffet. Autant vous dire qu’il n’avait pas réellement confiance en ces  créatures. ‘Ne mettez pas les choux au caramel à côté de ceux à la réglisse.’ Maugrée-t-il en retenant l’elfe de sorcier avec le plateau. Ça n’allait pas du tout, deux saveurs de la sorte côte à côté. ‘Mettez les réglisses avec ceux à la menthe, et le caramel avec ceux à la crème.Ce n’était pas compliqué bon sang ! L’elfe disparait avec le plateau, Camille jura presque l’entendre dire quelque chose. Mais il ne valait mieux pas qu’il sache quoi, sa patience était limitée ce soir. Très limitée.  ‘Surveillez ces elfes, je vous prie, Gisèle, je vais voir ce qu’il se passe en salle, et ne laissez aucun plateau passez si ce n’est pas conforme à ce qui était prévu, merci.’ Gisèle était l’une de ses employées qui approuva ces mots en hochant la tête.

Il ajuste son masque pour rentrer dans la salle, il préférait être incognito le temps de laisser les gens se faire une idée sur ce qu’ils allaient déguster. Du regard, il inspecte le service des elfes, et s’en va alors vers le buffet pour s’assurer qu’il est dressée de façon correcte et présentable.

Citation :
-  Il réprimande un elfe en cuisine
- Avant de venir inspecter le buffet lui même


Camille parle en bab9aa


✧pour le plus grand bien✧
Camille Hermé
Missives royales : 7
Date d'arrivée : 09/12/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/ 

✧ Parchemin envoyé Mer 16 Jan - 1:00 ✧


THIS IS WHO YOU ARE.
There are a number of issues that I am curious about.  
Tiré de tes repères tu avais accepté de venir ici, comme une espèce de soutien moral pour le veuf de ta seule amie. Il avait trouvé bien souvent refuge dans ta serre depuis la mort d'Irina, et lorsqu'il t'avait demandé de l'accompagner, si en premier temps tu avais trouvé l'invitation déplacée, tu avais compris qu'il était encore marqué par la perte.
C'était le coeur qui battait bien trop rapidement dans ta poitrine que tu avais fait quelques pas dans l'opéra. Cherchant bien rapidement un coin pour disparaitre, des habitudes de la souris que tu étais. Et même le masque n'arrivait pas à t'apaiser. Surtout lorsque tu remarquais que ton tenu détonnait. Tu n'avais pas fait les boutiques pour l'occasion et avais pris dans ta penderie une robe qui devait probablement avoir plus de 10 ans pour l'occasion. Démodé donc.
Tu marches en regardant autour de toi, et sursautes lorsque quelqu'un manque de te rentrer dedans. T'arrachant un choqué de panique. Tu te perds tu t'égares. À vivre seule tu avais oublié à quel point tu étais petite par rapport au reste du monde. Tu arrives à hauteur de la scène. Perdue entre la peur et l'admiration, trop d'émotion qui semblait prendre possession de ton esprit. Tu étais comme une enfant qui voyait pour la première fois une licorne. Et tu retiens un cri de surprise lorsqu'une main vint se poser sur ton avant-bras. Te retournant dans un bond, et manquant de faire tomber le plateau où l'elfe tenait entre ses mains. Il voulait simplement faire son travaille. -" Excusez moi Monsieur" C'était tout naturel pour toi de t'excuser. Mais pourquoi ? Pour avoir eu peur ? Ou simplement pour être toi ? tu ne savais pas mais tu n'avais su retenir l'excuse. Saisissant une coupe et adressant un faible sourire manquant d'assurance à la créature qui reprit sa route. Timidement tu portas la coupe à tes lèvres et en goutas le breuvage.

Citation :
Résumé :-Palmyre est tel un petit lapin.
- Elle se tient prêt de la scène ou sont les musiciens
- Boit une coupe de champagne

code by bat'phanie


✧dans les rues de Paname✧
Palmyre Fronsac
Missives royales : 4
Date d'arrivée : 08/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t92-palmyre-death-doesn-t-let 

✧ Parchemin envoyé Mer 16 Jan - 1:21 ✧


THIS IS WHO YOU ARE.
There are a number of issues that I am curious about.  
Avalant le contenu de ton verre, tu sembles reconnaitre une souhaite qui passe et s'éloigne de toi. Ta cousine, tu n'en étais pas totalement certain difficile de faire la part des choses lorsque les gens portaient un vrai masque. Assez pour attirer quelques instants ton regard. Et pourtant bien vite reporter sur l'inconnu masqué dont tu ne pouvais pas ne pas reconnaitre la voix lorsqu'elle te demanda un verre. Sourire s'affichant sur tes lèvres, tu étais surpris qu'elle soit ainsi sortie dans le monde réel qui lui faisait tant peur. Mais peut-être que l'idée de cacher son visage l'avait aidé. "Madame à probablement trop l'habitude que je l'a serve" Laissas-tu échapper quelque peu moqueur, avant de lui tourner le dos pour lui servir un simple jus de fruit. Ange n'aimait pas l'alcool, c'était bien une chose que tu avais rapidement apprise à son sujet. et lui mit délicatement le verre entre les mains. "J'espère que ça conviendra à Madame." Laissas-tu échapper en ajoutant un clin d'oeil. Lorsqu'elle vint faire une remarque sur ta tenue, tu laissas ton regard tomber sur toi. Une moue peu convaincue s'affichant sur le visage. Tu te sentais ridicule, et probablement pas à l'aise dans ce genre de vêtement. Tu n'avais jamais été de ceux qui aimait se mettre sur son trente et un, ayant toujours favorisé la simplicité et le confort au reste. Puis tu haussas des épaules lorsque ton regard remonté sur elle. Doucement, tu viens glisser une de ces mèches de cheveux derrière son oreille. Comme pour calmer sa nervosité.
"Mais... dit moi, tu ne serais pas plus grande que d'habitude ? " Laissas-tu échapper dans un rire.

Citation :
Résumé : Offre un verre à Ange.
code by bat'phanie


✧dans les rues de Paname✧
Gaston Lupin
Missives royales : 4
Date d'arrivée : 25/12/2018

Voir le profil de l'utilisateur

✧ Parchemin envoyé Mer 16 Jan - 14:39 ✧


bal masqué de noël
๑ sujet commun numéro un ๑

I am an extraordinarily patient woman, provided I get my own way in the end of course.

Elle sourit, mais seulement pour les apparences : Anastasie ne souriait sincèrement qu'à son propre sang. Le sien, et pas celui qu'elle partageait avec sa fratrie. Plutôt la chaire de la sienne. Cette même chaire qui arpentait le sol de l'opéra sous des masques ridicules et futiles, une certitude qui occupait trop de place dans son esprit. Ça et le dédain qu'elle ressentait pour ce genre d'évènement, surtout pour celui-ci. À ses côtés, il y a celui qu'elle connaît comme étant Rafael et qui juchée sur ses talons est bien à sa place : plus bas qu'elle. Vous et moi savons très bien que vous n’avez pas du tout envie de savoir la réponse à cette question, futile et sans intérêt. Elle rit, mesquine. Les legilimens... quelle aberration. Touché. qu'elle ne lui accorde qu'à moitié en trempant ses lèvres dans son verre de vin rouge. Je ne suis qu’un homme de main. Exactement, qu'elle pense très fort sans doute même trop mais tant mieux. Qu'il le lise. Rangez donc votre faux sourire princesse, ça ne prend pas avec moi. Et surtout ça n’a aucun intérêt. La froideur du sorcier ne la mord qu'à peine et lui passe même sans doute au dessus : elle n'avait que faire de la rage d'un chien, ses aspirations étaient ailleurs. Elle ne prend pas la peine de relever ce qu'il ne semble pas comprendre : princesse.... Elle rit intérieurement, mauvaise. Le monde ne tourne malheureusement pas autour de vous. répond-t-elle à ses piques sarcastiques avec la même ironie. Et si sa voix est douce, ça n'est qu'à la surface parce que son regard est éteint. Froid. Les sorciers ne font pas que parler. Les oreilles ne sont pas les seules à trainer... Mais je ne vais pas vous expliquer ce que vous savez déjà. N'est-ce pas ? Il était suffisamment intelligent pour comprendre qu'une personne comme elle était sans cesse observée par des yeux curieux, des oreilles envieuses. Et si tout observateur n'était pas nécessairement une menace, Anastasie n'était jamais trop prudente. On la salue de loin et elle répond d'un hochement de tête poli. Le seul intérêt est celui du plus grand bien. Il tenait à s’assurer de votre soutien, lorsque le moment sera venu. Il, celui qui lui avait tant promis et le seul pour lequel elle avait daigné ployer l'échine. Pour son plus grand bien à elle. Le monde sorcier lui importait peu s'il ne lui appartenait pas en partie, et la France... un jour serait la sienne. Grâce à lui. Il l'a. Bien évidemment. Quelle question. Son regard balaye la salle et le corbeau reconnait son satané frère tandis qu'un frisson de dégoût la parcoure. Lorsque le moment sera venu, avant celui-ci, après... Je ne suis pas une personne qui fait les choses à moitié. Elle le regarde à peine quand elle lui parle, mais finit par reposer ses yeux sur le sorcier. Et par lui offrir ce sourire si faux qui ne prenait pas avec lui, qu'il lui avait demandé de ranger.

24 décembre 1927
Anastasie parle en 336633
Sa robe : ici.
Son masque : ici
Sa tiare : ici.

Résumé:
 


๑  A VAINCRE SANS PERIL ON TRIOMPHE SANS GLOIRE ๑




✧pour le plus grand bien✧
Anastasie Lupin
Missives royales : 10
Date d'arrivée : 18/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t47-you-should-see-me-in-a-cr 

✧ Parchemin envoyé Mer 16 Jan - 20:37 ✧





Au bal masqué

#OHÉOHÉ

Il y avait trois catégories de gens, les gens dont on ne remarque pas la présence tant ils sont insignifiants, ceux dont la présence est supportable, et ceux dont elle est insupportable. La Princesse Française entrait dans la dernière catégorie, des êtres se croyant supérieurs de naissances parce qu’ils étaient nés avec une petite cuillère en argent dans la bouche.  C’était le genre de personne que Rafael ne supportait pas, ça se voyait – il n’était pas du genre à taire le fond de sa pensée, jamais. Sauf à des fins de manipulation, il avait surtout appris que la vérité était parfois plus assassine que les pires complots. 'Touché.' Ses pensées sont volontairement orientées de sorte à le faire se sentir inférieur, mais Rafael avait subi un entrainement, et il n’était pas arrivé là par hasard. Homme de main mais surtout homme de confiance, c’était ce qu’il retenait. Préférant mille fois faire le sale boulot plutôt que de se pavaner en public et de faire bonne figure. Il n’avait aucune idée de ce qu’il avait été avant, mais il avait toujours été un homme d’action, rester dans un bureau le rendait malade. 'Le monde ne tourne malheureusement pas autour de vous.' Il a envie de rire, contrairement à elle, il se fichait que le monde ne tourne pas autour de lui. 'Les sorciers ne font pas que parler. Les oreilles ne sont pas les seules à trainer... Mais je ne vais pas vous expliquer ce que vous savez déjà. N'est-ce pas ?'Il se fichait de sa vie, de ses convenances, de son train-train. Mais, alors, il s’en foutait. Qu’elle se croit importante, grand bien lui fasse. Elle ne sortait pas de la cuisse de Jupiter. Elle est mégalomane la sorcière. Ses pensées trahissent son besoin de pouvoir, de grandeur. Les femmes qui recherchent ces choses-là sont presque plus facile à manipuler que les autres. Il suffisait de savoir les appâter. Elle se voyait donc à la tête de la France. Et une pensée froisse le sorcier, ‘pour son plus grand bien à elle’, voilà des pensées qui ne plairaient pas à leur maitre commun, pas du tout. 'Il l'a.' Il se contente de sourire, il ne répond rien. Il venait tellement d’apprendre qu’il fallait le temps de savourer cette quête. 'Lorsque le moment sera venu, avant celui-ci, après... Je ne suis pas une personne qui fait les choses à moitié.' Non à priori non. Mais qui sait.

Je ne voudrais accaparer votre attention plus longtemps.’ Lâche-t-il avec politesse. Le baise main aurait pu être de mise, mais il ne s’abaisse pas à cela. il n’a qu’un maitre, et il n’est pas français, elle n’était rien pour lui, ni cette royauté, ni cette famille n’avait grâce à ses yeux. ‘Vous aimez trop que votre monde gravite autour de vous, pour votre plus grand bien.’ Les mots ne sont pas choisis au hasard, ils sont noté, ils seront rapporté. ‘Madame.’ La salutation froide, et formelle qui ne respecte ni son nom, ni son rang est posée. Il ne s’incline pas, et la gratifie simplement d’un bref regard, et satisfait de cette rencontre qui ne faisait que prouver que les français et leur égo monstrueux n’étaient pas de meilleur augure pour Grindelwald et ses plans.  Il s’éloigne soulagé que cette conversation avec cette vaniteuse et puante femme ait enfin pris fin. Il comprenait le besoin de se rapprocher des élites, c’était une bonne porte d’entrée dans le monde magique français, mais il n’aimait pas ces élites. Et qui ferait confiance un français ? Vraiment ? Il attrape une coupe de ce breuvage typiquement français qui l’irrite un peu, la bière de Frankfort lui manquait sur le coup. Il se perd dans la foule pour s’éloigner des festivités pour prendre le recul dont il avait besoin. Il avait eu sa dose de français pour le moment, s’éclipsant vers la scène, il scrute cette foule, et rentre dans une sorcière qui renverse un peu de son champagne sur elle. Scheiße, songe-t-il en allemand.  La femme était plus petite que lui, bien qu’à priori portant des chaussures à talons. Il peut voir au travers de son masque, une superbe paire d’yeux verts. Le genre de femme qui lui ferait bien apprécier la France, ses charmes, et ses mystères. Elle semblait paniquée par ce qui venait de se passer. ‘Allons, ne vous en faites pas Mademoiselle.’ Lance-t-il charmeur, et sur de lui. ‘C'est l'inexpugnable arrogance de votre beauté qui m'asperge.' Il avait tout oublié Archibald, jusqu’à son nom. Nul doute qu’il aurait reconnu le regard perçant de sa sœur entre mille, sa petite taille, et sa fragilité apparente. Rafael avait éclipsé tout le reste, il restait le même, une paire d’yeux brun, ses cheveux aussi obscure que son âme et généralement bouclé. Le son de sa voix avait peut être gagné en maturité, il avait changé, pris quelques cheveux blancs. Il n’avait pas idée que ce soir, il était un revenant.

Citation :
- Il parle avec Anastasie, et prend congé sans plus de respect pour elle.
- Il s'éloigne d'elle pour se fondre un peu plus dans la foule.  
- Il percute Palmyre, qu'il trouve charmante, il a oublié qu'il s'agissait de sa soeur.


Rafael parle en ff3333


✧pour le plus grand bien✧
Skander Lazarevitch
Missives royales : 7
Date d'arrivée : 01/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur https://zupimages.net/up/18/43/rwr9.png 

✧ Parchemin envoyé Mer 16 Jan - 22:27 ✧



Je porte le verre à mes lèvres, avale une gorgée me perdant dans mes pensées jusqu’à ce qu’un homme ne se stoppe net devant moi. Je ne suis pas surprise, je n’ai pas peur, ne fais pas un pas en arrière, il m’en faut bien plus. Il s’excuse en franco-allemand ce qui me surprend davantage. Un simple mouvement de tête pour accepter ses excuses qui n’était pas réellement nécessaire à mes yeux. Il s’en va sans demander son reste et je ne peux m’empêcher de le suivre du regard. S’il y avait bien une chose que l’on remarquait facilement lorsqu’on s’en donnait un peu la peine c’était la prestance des gens, leurs présences aussi et lui ne faisait pas partie des sorciers lambda sans panache. Un couinement parmi les elfes de maison me fit tourner la tête vers le buffet. Je terminais mon verre et le reposait sur un plateau d’un elfe passant près de moi. Je me rapprochais du buffet attrapant un chou dont je reconnaissais forcement la touche. J’esquissais un mince sourire en le voyant arrivé avec son air des mauvais jours. Il observe le buffet comme je peux observer les plaies d’un patient qui viendrait tout juste d’arrivé et son parfum reconnaissable entre mille. Nulle besoin de lire dans son esprit pour y lire son angoisse et son souhait profond de voir son travail reconnu. A voir les invités depuis le début de la soirée et la façon dont les elfes remplaçaient sans cesse les douceurs qui disparaissaient dans les bouches conquises des sorciers français, il remportait tous les suffrages. Mais il ne semblait pas le savoir. Moi qui était en public la parfaite femme-tapisserie je décidais que mon masque suffirait à camoufler mon identité au plus grand nombre et pour une fois j’ouvrais ma bouche pour venir en aide à un ami. Je prenais donc sur moi et m’adressais aux sorciers près de moi.  C’est exquis n’est ce pas? Un jeune homme a mes côté acquiesça, puis un second et une troisième. Une discussion laudative s’instaura autour de ce délicieux buffet ce qui je l’espère allait le rassuré sur son travail. Je m’approchais de Camille et posais discrètement ma main sur son avant bras pour qu’il ne soit pas surpris et n’ait pas trop de mal à me reconnaitre. Je lui murmurais.  On reconnait bien la touche du meilleur pâtissier du monde, ce buffet est une grande réussite Camille. Je lui offrais un sourire sincère avant de prendre un second chou à la réglisse celui là.

Citation :
Caitline observe Rafael avant de retourner vers le buffet pour déguster les choux et de retrouver Camille qu’elle rassure en lançant une conversation sur ses délicieuses créations.

Sa Robe
Son Masque


✧pour le plus grand bien✧
Caitline Chastel
Missives royales : 8
Date d'arrivée : 03/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t93-caitline-du-sang-et-des-l 

✧ Parchemin envoyé Jeu 17 Jan - 0:08 ✧




C’est sans doute vrai. J’ai confiance dans tout ce qui vient de toi. Ce qui n’était pas le cas de tout le monde, à commencer par ce Emile Fronsac qui m’avait traité comme une tapisserie quelques instants plus tôt avec Emma. Et puis toutes les femmes sont des princesses non? Je secouais un peu la tête moi-même surprise par mes propres paroles. Etrange, surprenant même de la part d’une fille de joie que de se prendre pour une princesse mais la boutade avait quitté mes lèvres comme par habitude, un souvenir un peu lointain, inconnu. Un souvenir perdu. Heureusement Gaston m’avais tourné le dos et il n’eut sans doute pas l’occasion de voir mon trouble qu’il me tendait déjà un verre de jus de fruit. Je prenais le verre et lui souriais reprenant une certaine contenance. Je goutais le cocktail de fruits frais. Merci, c’est parfait cher Monsieur. Je jouais le jeu comme si j’avais ma place ici, être un peu comme tout le monde ce soir. Je ne quittais pas ses lèvres du regard même lorsqu’il observait sa tenue dans laquelle je le trouvais tout simplement parfait. Son geste envers moi fit monter mon angoisse d’un cran quand bien même j’aurai aimé sentir ses doigts sur ma joue. Je cligne des yeux tant et si bien que je ne li pas sa question sur ses lèvres et ne comprends pas pourquoi il ri. Tu tu... Je bégaye un peu perdue dans cet assourdissant mélange de pensées autour de nous. Pour une sourde j’avais vraiment l’impression d’être à un mauvais concert. Mon regard se perdait parmi tout ce flot d’invités, d’étrangers...  Je suis si contente que tu sois là. Sa présence me rassurait mais je ne pouvais m’empêcher de penser à lui à son nom, sa vie et de la comparer à la mienne. Je n’avais pas ma place à ses côtés mais je me sentais bien dans ces bras, fait étonnement égoïste. Connais tu les lieux pour nous éloigner un peu de tout ce monde? Tu es si... grand, reconnaissable et moi si petite... je ne voudrais pas que tu ai d’ennuis si quelqu’un nous voit parler ensemble. Comme Alceste ou quelqu’un de sa famille. Puisque nous semblions incapable de retenir quelques gestes plus qu’amicaux entre un homme et une femme à notre époque mieux valait nous éloigner de tout ce monde.


Citation :
Ange prends son verre et a bien du mal à fermer son esprit à tout ce monde. Elle demande a Gaston s’il connait un endroit plus calme pour passer du temps avec lui.



✧dans les rues de Paname✧
Ange Demont
Missives royales : 7
Date d'arrivée : 04/12/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t67-meme-le-diable-fut-un-ang 

✧ Parchemin envoyé Jeu 17 Jan - 0:34 ✧





Au bal masqué

#OHÉOHÉ

Une constante recherche de perfection. Ca ne pouvait en être autrement quand comme lui votre sang mêlé et votre famille inconnue ne vous ouvre aucune porte. Son talent, c’était sa seule chance de faire quelque chose de sa vie. Il ne pouvait pas louper le coche ce soir, certainement pas à cause de l’incompétence des autres. Camille visait toujours la perfection pour lui-même, mais aussi pour ses collaborateurs. Il ne cesserait de s’inquiéter que lorsque ceux qui lui avaient commandé ces douceurs lui diraient que la soirée était une réussite.  Une voix dit alors, 'C’est exquis n’est ce pas?' Il était physionomiste Camille, ce soir, ça lui jouait plus de tour de ne pas voir les visages. Mais à en juger par les cheveux blonds, et cette façon de manger. Il était presque certain de reconnaitre Caitline. Il écoute les autres personnes faire des louanges sur ces créations, laissant redescendre la pression, un peu. Au moins un petit peu.

La blonde se rapproche de lui poser une main rassurante sur son avant-bras, amicale. C’était bien la demoiselle Chastel qui venait de voler à son secours pour rassurer le pâtissier angoissé.  'On reconnait bien la touche du meilleur pâtissier du monde, ce buffet est une grande réussite Camille.' Elle y allait peut être un peu fort, Caitline, il n’était pas le meilleur pâtissier du monde. Il pouvait tenter de l’être, mais il y avait bien meilleur que lui, il n’en doutait pas. Il sourit quand il la voit prendre un de ces choux à la réglisse. ‘Merci.’ Dit-il acceptant le compliment, en partie du moins. ‘Je ne pense pas être le meilleur du monde, mais j’espère bien être le meilleur ce soir.’ Il le fallait. Il jouait sa carrière, si un sang pur avait apprécié ces créations il pourrait servir lors de soirées privés, de mariage, et autre réception. Le salon de thé, la pâtisserie fonctionnaient très bien, mais Camille avait toujours besoin de plus. Il savait qu’innover, chercher de nouveaux marchés, c’était la meilleure des solutions, un homme résolument en avance sur son temps.

Caitline était des plus ravissantes. Vraiment. Cette robe lui allait à ravir. Il est heureux de voir que ceux au réglisse lui plaisent, il savait que c’était un des parfums dont elle appréciait vraiment le goût. Il lâche comme une confidence, ‘C’est le dernier plateau de réglisse, un de ces abrutis d’elfes en a perdu un dans les coulisses.’ Sans se douter qu’une invité l’avait simplement réquisitionné. ‘Tu es ravissante ce soir.’ Dit-il, sourire aux lèvres. Pourquoi avait-il ajouté ‘ce soir’, elle était ravissante tout le temps. ‘Tu es ravissante tout le temps.’ Se reprend-t-il en laissant échapper un rire. Elle n’était pas le genre de femme qui de par sa famille devait recevoir ce genre de compliment, il le savait. C’était la moindre des choses que de lui énoncer de pareilles vérités.

Citation :
-  Il parle avec Caitline et évoqué un plateau de miniardise disparu en coulisse...


Camille parle en bab9aa


✧pour le plus grand bien✧
Camille Hermé
Missives royales : 7
Date d'arrivée : 09/12/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/ 

✧ Parchemin envoyé Jeu 17 Jan - 23:00 ✧




C’est étrange cette odeur qui chatouille mes narines... Le sang est un parfum puissant, tenace et je ne peux que le reconnaitre lorsqu’il s’agit du mien. Peut-être s’agit il de celui de Damian... mais j’étais quasi certaine que non. Mais l’effluve était discrète presque imperceptible aussi je doutais que la blessure en question ne soit trop sévère. Balzac n’était pas de ceux qui pleurnichait à la moindre coupure aussi mon inquiétude était moindre. Je devais cesser de m’inquiéter de la sorte pour lui, il n’était pas en sucre, loin de là. Je devais tenter de penser un peu à moi ce soir ou du moins a mon ami Camille puisqu’il fallait se rendre à l’évidence penser à moi était un challenge perdu d’avance. J’étais satisfaite de voir un mince sourire sur son visage en entendant les commentaires positifs sur ses pâtisseries. Il se détendait légèrement même si j’étais parfaitement consciente que cela ne suffirait pas. Il ne retrouverait réellement le sourire qu’aux premières heures de l’aube lorsque ce bal aura été un franc succès et qu’il retrouvera son laboratoire et ses nouvelles créations. A dire vrai, je ne l’avais vu le sourire jusqu’aux oreilles que lorsqu’il pâtissait mais cela ne me dérangeait pas après tout je n’étais réellement moi-même qu’à l’hôtel dieu. La passion, la vocation ça ne s’expliquait pas.  Il n’y a que toi pour ne pas voir que ton buffet est d’ors et déjà une grande réussite. Tout le monde se régale. Je n’en avais jamais douté, il n’était pas rare que je ramène des pâtisseries à mes collègues et il pouvait compter sur moi pour lui faire une publicité dithyrambique. Il le méritait, il n’y avait pas, une fois ou je ne m’étais pas régalé dans sa boutique. Je n’avais certes pas un cercle d’amis très étendue ou une voix portant fort et loin mais j’étais sincère dans mes compliments. J’écoutais sa confidence avec un sourire complice avant d’attraper un autre petit chou à la réglisse.  J’en reprends un alors. Comment est il possible de perdre un plateau de choux? C’était étrange tout de même surtout que les elfes de maison étaient plutôt réputé pour la bonne qualité de leur travail. Si les ordres étaient nets et précis, ils travaillaient dur. Je me mordais légèrement la langue en entendant son compliment sur ma tenue ou plutôt sur ma personne et observais ma robe quelques secondes. Peut être même de trop longues secondes aussi tentais-je de me reprendre.  C’est gentil. J’en oubliais même de le remercier mais c’était tout simplement parce que le compliment était difficile à apprécier pour moi. Je n’étais pas née pour être ravissante, jolie. Non, la beauté n’était qu’un artifice trop facile pour attirer les proies. Un jour ou l’autre mon père se servirait de cela pour m’offrir à un homme qui n’aurait d’autres choix que de faire de moi sa femme puis la mère de ses enfants. Moi, la bête aux crocs acérés pouvait tout à fait plaire aux hommes parce que je n’avais pas eu l’intelligence d’avoir grandi en conservant boutons et tous autres signes distinctifs de l’adolescence... Je me demandais à présent si c’était pour cette raison que ma mère avait choisi cette robe, ce décolleté, ce masque bien trop “pur” pour être honnête. Cette idée me hérissait le poil et faisait grogner la louve en moi. Garder les apparences, toujours. Etre une  sorcière de salon, paraitre en toute circonstances. Ravaler fierté et rancoeur et arboré un sourire de circonstance.  En revanche monsieur Hermé j’aurai aimé vous voir dans une tenue plus .... coloré. Du rouge, du vert ou du doré pour être dans les tons de la soirée. Son costume noir était aussi sombre que ceux qu’il portait habituellement, certes plus cintré mais toujours aussi oui sombre. Lui était veuf et surtout il était du sexe masculin et même s’il était de sang-mêlé il restait plus libre que moi.
Citation :
Caitline déguste les choux et discute avec Camille en le taquinant sur sa tenue.

Sa Robe
Son Masque


✧pour le plus grand bien✧
Caitline Chastel
Missives royales : 8
Date d'arrivée : 03/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t93-caitline-du-sang-et-des-l 

✧ Parchemin envoyé Ven 18 Jan - 21:36 ✧


Bal Masqué à l'Opéra
๑ Je danse jusqu'à rire, je prie le jour de ne jamais revenir ๑

color  : 996666masquerobe


Les choux, le champagne, ça avait bien le don de la mettre de bonne humeur Odette. En fait, elle observait les gens pour y reconnaître des visages familiers. Mais il y avait peu de visage familier, elle reconnaissait plutôt les gens aux vêtements. Elle finit sa coupe, et laisse ses mains se croiser sur son ventre. Observant le sapin du coin de l’œil, quelques pas ci et là entre les gens, il y avait dans un coin quelques danseurs. Et elle admirait les couples qui se faisaient et se défaisant sous le rythme de quelques croches et quelques blanches. Elle soupire presque, pensant qu’il y avait presque dix ans qu’elle faisait la même chose et que depuis, elle ne faisait plus rien. Cependant plus proche de la scène, elle remarque une robe, des cheveux bruns. C’était démodé évidemment. Mais ça n’avait pas d’autre signification pour la Duchannes à première vue… C’était Palmyre. Palmyre Fronsac, sa sœur d’Archibald. Odette fronce les sourcils en la regardant. Paniquée comme pas deux alors qu’un homme lui parle. En plusieurs pas, elle rejoint la petite Fronsac, posant une main sur son épaule. «  Palmyre… Calme-toi. » Elle la savait fragile, combien de fois Archibald lui en avait parlé dans le passé. Palmyre était un peu maudite de sa condition. «  C’est Odette. » Glisse-t-elle à son oreille. «  Avec qui tu es venue ? » Jusqu’à ce qu’un costume bleu se détache des autres. Ajoutant un bref.  «  Palmyre je t’ai trouvé ! » Étonnant. C’était plutôt elle qui l’avait trouvé. «  Faites la sortir par Merlin tout puissant, elle suffoque. » Si Duchannes avait su qu’elle parlait à Saint-Clair, elle aurait sans doute été un peu moins sèche. Jusqu’à retourner son regard sur l’homme qui avait adressé la parole à Fronsac fille. « Vous l’excuserez, mon amie n’est pas des plus à l’aise en société... »  Ma belle-sœur… pense-t-elle en fermant les yeux.
Résumé:
 
๑  A VAINCRE SANS PERIL EN TRIOMPHE SANS GLOIRE ๑




Because of your smile, you make my life more beautiful



Why think separately of this life than the next, when one is born from the last? Time is always too short for those who need it, but for those who love, it lasts forever.


✧dans les rues de Paname✧
Odette Duchannes
Missives royales : 4
Date d'arrivée : 30/10/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t12-odette-these-violent-deli 

✧ Parchemin envoyé Ven 18 Jan - 22:12 ✧


Bal Masqué à l'Opéra
๑ Je danse jusqu'à rire, je prie le jour de ne jamais revenir ๑

color  : DAA520masque


Louis, il était encore piégé de tous les côtés. Il ne savait pas à qui parler, il ne savait pas où poser les yeux. Pour un dauphin de France, c’était bien triste. Mais ses seules pensées allaient à Palmyre qu’il avait condamné à venir ici, car il se sentait seul sans Irina. Alors qu’il avait eu tort… Véritablement tort de lui proposer et de l’amener. Et finalement, il arrive à poser les yeux sur sa robe. Elle était passée d’une ou deux saisons, mais au moins, le Prince avait l’occasion de reconnaître sa cavalière de loin. Il s’excuse auprès du petit groupe pour aller la retrouver, aussi vite que possible. Cependant, elle semblait être à l’autre bout du monde tant ça prend du temps. La Fronsac à deux fois le temps d’être accompagnée d’autres personnes et quand il arrive, il se fait appeler Arthur. Évidemment qu’elle allait mal et que ça se voyait sur son visage de toute façon… Il vient la prendre par le bras et la fait bouger là où il y a moins de foules. « Palmyre, je suis désolé… » Qu’il s’excuse alors qu’elle lâche son bras pour fuir il ne sait trop où… Sans doute en coulisse ou vers la cuisine à croire l’odeur qui s’échappait un peu plus loin. Le prince soupire. Et il passe une main dans ses cheveux Louis. L’arrière de sa nuque lui pique à cause de sa culpabilité. Irina l’aurait bien entendu égorger d’avoir fait ça à son ami. Pourtant, il ouvre de nouveau les yeux et les pose sur une jeune femme et un pâtissier qu’il connait pour l’avoir souvent vu à Reims, Vaux-Le-Vicomte ou encore Paris. Camille Hermé… C’était l’un des meilleurs. Et il ne passait pas inaperçu. Il s’en approche, piochant un verre sur un plateau. « Maître Hermé. Mademoiselle. » Alors qu’il s’adresse à Caitline. « Vous nous ravissez une nouvelle fois ce soir, je suis heureux que Paris aie pu goûter à vos talents, une fois de plus. »
Résumé:
 
๑  A VAINCRE SANS PÉRIL EN TRIOMPHE SANS GLOIRE ๑




✧dans les rues de Paname✧
Louis Saint-Clair
Missives royales : 5
Date d'arrivée : 08/01/2019

Voir le profil de l'utilisateur https://zupimages.net/up/18/43/rwr9.png 

✧ Parchemin envoyé Ven 18 Jan - 22:20 ✧


THIS IS WHO YOU ARE.
There are a number of issues that I am curious about.  

" Choix parfait de masque môssieur Rosier. " Le gamin que tu étais ne pouvait que trouver la remarque amusante. Tu n'avais rien d'un saint mais tu étais loin d'être le diable. Mais tu devais reconnaitre que tu étais un joueur qui parfois trouvait l'idée de se bruler les doigts amusants. Redressant la tête non sans cacher une certaine fierté à sa remarque. Même si au fond ce n'était principalement pour rire que pour réellement accepter la remarque. C'était ta manière à toi de lui dire : Je sais. "Tu m’invites à danser au lieu de vérifier mon anatomie sous toute les coutures et de te montrer parfaitement discourtois?   " Tu n'as pas réellement le temps de répondre oui où non qu'elle t'attrape déjà pour t'entrainer sur la piste de danse. Tu aurais pu faire le poids mort mais tu la laisses au commande. Pour une fois.
"Ton dos s’en est mal remis pour que le souvenir soit aussi vivace? " tu retiens un rire lorsque tu glisses ta main dans son dos, pour l'approcher un peu plus de toi afin de la faire danse. Vu que c'était ce qu'elle t'avait demandé. "Ce n'est pas comme si les sorcières me tombaient tous les jours dessus.   " Tu places vos mains entre vous, contre ton torse, et tu plonge ton regard dans le sien. C'était rare que tu sois aussi calme avec elle. Puis tu détournes le regard qui se pose sur le sapin. C'était vrai que tu étais parfois un peu trop attentif à l'anatomie de la sorcière. Un sourire de gamin sur les lèvres, tu essayais de retenir ta remarque qui ne tardait pas à se faire entendre. "Ce n'est pas de ma faute si tu mets tes formes sous mes yeux aussi souvent. Je ne fais que constater Mademoiselle Montrose. " Tu te laisses lentement guider par la musique calme qui emplit la salle. Ton pouce caresse doucement la peau de sa main. Puis tu arrêtes ton geste quand tu reportes ton regard sur elle. "Et ce n'est pas tout les jours que tu mets ce genre de robe. " Alors j'en profite. penses-tu peut être un peu fort.
Citation :
Résumé : Toulouse est toujours un con.
Il danse avec Séraphine
code by bat'phanie



 
You never get free
when is Blood in the Water


✧dans les rues de Paname✧
Toulouse Rosier
Missives royales : 13
Date d'arrivée : 08/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur

✧ Parchemin envoyé Ven 18 Jan - 23:24 ✧


THIS IS WHO YOU ARE.
There are a number of issues that I am curious about.  
C'était que trop visible parfois sur ton visage, l'affection que tu pouvais avoir pour elle. Malgré tout ce qu'on pourrait penser, tu n'avais jamais pu contenir l'émoi qu'elle avait su susciter en toi quand tu avais commencé à la connaitre. Vous vous étiez apprivoisés dans un lieu qui n'était pas propice à ça. tu effleures la peau de son bras avec ta main. "C'est une bonne surprise je le reconnais" Et bien vite tu reprends tes habitudes avec elle, chercher à faire taire ses démons intérieurs. Ceux qui n'avaient de cesse que de la tourmenter lorsqu'elle était hors des quatre murs des propriétés d'Alceste. "Ne t'inquiète pas. Tout le monde n'est pas comme toi. On porte des masques ne l'oublie pas" Tu soulignes ta remarque d'un clin d'oeil. De toute manière, tu te doutais bien qu'Alceste n'avait pas laissé Ange sortir sans raison derrière la tête. Il avait toujours, non pas un coup d'avance, mais des projets. Avec lui il n'y avait jamais rien sans rien. "Profite. Noël c'est qu'une seule fois par année." Après tout si tu lui tenais compagnie ou par c'était vos affaires. C'était une soirée qui se voulait conviviale et non pas régie par les règles et les lois. "Et... personne ne va me dire ce que j'ai le droit de faire ou pas sur mon temps libre." tu t'étais baissé au niveau de son visage pour murmurer ses mots. Puis tu vins poser tendrement ta bouche contre sa joue.


Citation :
Résumé : Gaston tente d'apaiser la panique d'Ange
code by bat'phanie


✧dans les rues de Paname✧
Gaston Lupin
Missives royales : 4
Date d'arrivée : 25/12/2018

Voir le profil de l'utilisateur

✧ Parchemin envoyé Dim 20 Jan - 0:08 ✧




Il a ce sourire coquin qui le caractérise tant, ce petit air fier et joueur. Il aime mes petites réflexions et j’ai l’impression qu’il a toujours aimé. Même si nous passons notre temps à nous disputer à nous envoyé réflexion sur réflexion il a toujours ce petit sourire aux lèvres. Il ne peut pas le contrôler, c’est comme cette lueur dans les yeux quand il retient un commentaire, souvent déplacé. Et je sais, oh oui je sais qu’il ne tiendra pas plus de deux minutes avant de se mordre la langue et de laisser échapper ce qu’il avait à dire. Il aimait ça et j’aimais qu’il aime... Ce qui est très étrange et très malséant. Je ne devrais pas avoir à accepter ses réflexions, pire que tout je ne devrais pas aimer en plaisanter. Ce n’est pas ainsi que j’ai été éduqué, je suis une femme, une sang-pur et pourtant je lève les yeux au ciel sans m’inquiéter le moins du monde qu’il trouve ça déplacé pour une dame de notre époque. Parce qu’entre nous c’est toujours comme ça. Nos réactions ne sont pas conventionnel tout comme notre arrivée sur la piste de danse. Je l’y ai trainé et il s’est laissé faire mais rapidement il reprend le contrôle et se positionne nos corps, nos mains pour suivre le rythme.  Dois-je te plaindre ou souligner ta modestie? Demandais-je avec un sourire mutin. Simplement sa franchise? L’important n’étant bien évidement pas la réponse à la question mais une fois encore la surprenante liberté avec laquelle nous énoncions ce genre de commentaire. Sans réfléchir, sans aucune arrière pensée. Je suivais son regard des yeux pour découvrir le sapin richement décoré. J’aimais cette période, plus pour le froid ou la neige que pour les fêtes païennes. Je n’aimais pas avoir froid mais j’aimais jouer dans la neige, j’avais toujours été une demoiselle très compliquée ! Je tapais doucement sur son torse mais mon sourire parlait pour moi.  Je ne suis pas responsable des binômes! Mais il était vrai que je n’aurai pas demander à un autre collègue de me faire la courte échelle mais c’était un tout autre problème non?  Et c’était bien la première fois que je me retrouvais, littéralement, sur toi. Je ne disais pas qu’il y aurait d’autre fois je soulignais juste l’aspect exclusif et rare d’une pareille situation. Par contre la réflexion sur ma tenue m’alerte légèrement. Je baisse le regard sur le morceau de tissus que j’ai moi-même confectionné. Je grimace un peu angoissée de sa réponse. S’il pouvait pour une fois être un peu sérieux ça m’arrangerai.  Elle est si transparente que ça? Je l'ai faite moi-même et je ne suis pas créatrice de mode mais elle ne semblait pas si... enfin pas trop... Non visiblement le fait que lui profite du spectacle ne me dérangeait pas tant que cela mais je n’avais sincèrement pas eu l’intention de choquer qui que ce soit avec cet assemblage. L’important était à mes yeux caché... en revanche ce qui l’était moins à présent c’était le gui au dessus de la tête d’un couple non loin de nous, derrière Toulouse. Voir le couple en question s’embrassé ne me dérangeait pas en revanche voir le gui se rapprocher de nous un peu plus. Sans demander quoi que ce soit à Toulouse je prenais la main sur la danse et tentais de nous éloigner de ce foutu gui magique et de la tradition qui l’accompagnait. Lorsqu’il fut juste au dessus de la tête de Toulouse je déplaçais ma main qui était sur le torse du jeune homme pour la glisser dans sa nuque que je frôlais. Non pas pour le rapprocher de moi ou quoi que ce soit -même si en effet c’eut cet effet également- mais pour ensuite tenter de dégager le gui du bout des doigts en vain. Toulouse me regardait et je voyais son regard dérivé vers le haut, peut-être n’avait il pas, encore, aperçu le gui qui était jusqu’à présent derrière lui. Ma main raffermit sa prise sur sa nuque et je me pressais contre Toulouse. Nos lèvres rentrèrent en contact de façon certes un peu désordonné mais cette fois, en tout cas, j’étais pleinement d’accord et je retrouvais une sensation bien étrange. Il ne s’agissait plus de surprise mais davantage de douceur, de tendresse et d’une pointe de jeu, comme toujours entre nous. Je bégayais alors un Joyeux noël.   en lui montrant d'un regard le gui qui s'en allait créer d'autres couples.
Citation :
Seraphine taquine, comme toujours Toulouse. Elle aperçoit le gui et tente de l’éviter avant de décider de jouer le jeu en embrassant Toulouse! Joyeux noël!


✧dans les rues de Paname✧
Séraphine Montrose
Missives royales : 30
Date d'arrivée : 15/11/2018

Voir le profil de l'utilisateur http://magicalement.forumactif.com/t37-que-sera-sera#53 

En ligne
✧ Parchemin envoyé ✧



Contenu sponsorisé

✧✧


 
EVENT NOËL - Le Bal masqué
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement.  ::  :: Le son des gallions :: L’opéra garnier :: Le Bal masqué de Noêl (Edition 1927)-
Sauter vers: